ISS Africa
Home / About us / How we work
How we work

Pour la version française, cliquez ici

The Institute for Security Studies is an African organisation which aims to enhance human security on the continent. It does independent and authoritative research, provides expert policy advice, and delivers practical training and technical assistance.

The vision of the ISS is a peaceful and prosperous Africa for all its people. Our goal is to advance human security in Africa through evidence-based policy advice, technical support and capacity building.

The ISS head office is in Pretoria, South Africa. Regional offices are located in: Nairobi, Kenya; Addis Ababa, Ethiopia; and Dakar, Senegal.

In 1991 the current Executive Director, Dr Jakkie Cilliers and Mr PB Mertz founded the ISS. At the time it was called the Institute for Defence Policy.


Areas of work

The ISS achieves its goal through the work of the following divisions and projects:

Governance, crime and justice promotes democratic governance and helps reduce corruption through better accountability and respect for human rights. It assists African governments to develop evidence-based policies that improve the performance of their criminal justice systems and reduce violence.

Conflict prevention and risk analysis helps prevent conflict by improving the understanding of the latest human security developments on the continent.

Conflict management and peacebuilding enhances peace operations and peacebuilding by assisting governments, as well as regional and international institutions, to improve their policy and implementation.

Transnational threats and international crime helps African inter-governmental organisations, national governments and civil society to respond more effectively and appropriately to transnational threats and international crimes.

African Futures and Innovation produces policy analysis on possible trajectories for human security, development, economic growth and socio-political change in Africa. The project enables decision makers to test the implications of policy choices well into the future.

The African Centre for Peace and Security Training enables government officials, journalists, human rights activists and the private sector to understand and implement human security policy through in-depth training courses. An influential alumni network encourages cooperation between countries and sectors.

 Back to top


The ISS is registered as a non-profit trust in South Africa and is accountable to a board of trustees. The trustees are listed below.

  • Amb Nicolas Bwakira held senior positions at the UN High Commission for Refugees from 1970 to 2002. Since then he has been Director for International Relations and Partnership at the University of South Africa, and the African Union’s Special Representative for Somalia.
  • Dr Jakkie Cilliers is Executive Director and co-founder of the ISS. He is an Extraordinary Professor at the University of Pretoria and is on the advisory board of the Geneva Centre for Security Policy, and the Centre on International Conflict Resolution, Columbia University, New York.
  • Saki Macozoma is Chairman of Liberty Holdings, Deputy Chairman of the Standard Bank Group, Non-Executive Chairman of Safika Holdings and Chairman of the Council of the University of Witwatersrand (Wits). He is also President of Business Leadership South Africa.
  • Dr Wendy Ngoma is the former Director of the Wits Business School and has worked as an academic at the Wits Graduate School of Public Management. She is the CEO of a management consulting firm and an alumni of the INSEAD Social Entrepreneurship Programme.
  • Prof Maxi Schoeman is the Head of the Department of Political Sciences at the University of Pretoria. She is also an adjunct professor in the School of Public Policy, George Mason University and the Deputy Chair of the Institute for Global Dialogue (SA).

An international Advisory Council meets annually to advise the ISS on strategic policy and management issues. Members of the council are:

  • Amb Saïd Djinnit, UN Special Envoy for the Great Lakes Region and President of the Advisory Council
  • Ibrahima Fall, independent consultant, Senegal and former UN Special Representative for the Great Lakes Region
  • Mohammed Ibn Chambas, Special Representative and Head of the UN Office for West Africa
  • Frannie A Léautier, Partner and Chief Executive Officer, Mkoba Private Equity Fund, Tanzania
  • Susanne Luther, Director, Hanns Seidel Foundation, Germany
  • Vijay Makhan, independent consultant and resource person, Mauritius    
  • Leonardo S Simao, Advisor, Funacao Joaquim Chissano, Mozambique
  • Amb Konjit Sinegorgis, Ethiopian Ministry of Foreign Affairs
  • Prof Elrena van der Spuy, University of Cape Town, South Africa

  Back to top

Development partners

The work of the ISS is made possible through the generous support of donor partners. The 2014 donors as reflected in the work of the ISS were:

Partnership Forum

Government of Australia
Government of Canada
Government of Denmark
Government of Finland
Government of Japan
Government of Netherlands
Government of Norway
Government of Sweden
Government of the United States of America / USAID

Project donors

African Union
British High Commission
Embassy of the Republic of Korea
European Commission (EU)
Ford Foundation
Government of Germany/Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)
Government of New Zealand
Government of the United Kingdom/Department for International Development (DFID)
Grand Duchy of Luxembourg
Hanns Seidel Foundation
Institute for Development Studies
International Development Research Centre (IDRC)
National Endowment for Democracy
Omega Research Foundation
Open Society Foundation for South Africa (OSF-SA)
Open Society Initiative for West Africa (OSIWA)
Swiss Confederation
The World Bank
United Nations Development Program (UNDP)
United Nations Office of Disarmament Affairs (UNODA)
Western Cape Government

  Back to top

What led to the establishment of the ISS?

The ISS was founded in 1991 as the Institute for Defence Policy by the current Executive Director, Dr Jakkie Cilliers, together with Mr PB Mertz. In 1996, the organisation was renamed the Institute for Security Studies.

‘We often forget the difficult times of our past and where we come from’, says Cilliers reflecting on the origins of the ISS. 'The idea and motivation for the ISS was born during a meeting organised by Institute for Democracy in Africa (IDASA) between a number of concerned South Africans and members of Umkhonto we Sizwe (MK), the armed wing of the ANC, in Lusaka in May 1990. This was a groundbreaking conference of South African and other security specialists and analysts – the first of its kind despite the unbanning of the ANC earlier that year’. The meeting was dominated by a debate on the future of the military in a post-settlement South Africa that took place between Chris Hani, commander of MK, and Cilliers. Several years before this meeting, Cilliers had resigned from the South African Defence Force (SADF) for political reasons.

Shortly after the May 1990 meeting, the forerunner of the ISS – the Institute for Defence Policy (IDP) – was established with a staff of three people. 'These were difficult times as South Africa was still under National Party apartheid rule’, says Cilliers. ‘Former military comrades considered me – a former Lieutenant Colonel in field artillery – a traitor, so the phones of the IDP and its staff were tapped; we were under heavy intimidation by the Civilian Cooperation Bureau and the lives of staff and those associated with staff were in considerable danger. Ironically, our credibility was guaranteed by an MK enquiry into whether the IDP was an apartheid government military front organisation, only to find out that military intelligence thought we were an ANC front organisation’.

For a non-governmental organisation, working on security issues at this time in South Africa was a major challenge. ‘We shouldn't forget that civil war threatened’, explains Cilliers. ‘The true transition of power in South Africa didn't happen during the elections of 1994, but during the events in the former homeland of Bophuthatswana. The SADF neutralised the right wing coup there organised by the leader of the Freedom Front, a former chief of the SADF, General Constant Viljoen, and a band of rag-tag racist thugs (the Afrikaner Weerstandsbeweging). The former SADF was a formidable military force and "white" South Africa was a heavily militarised society during a time of regional war and internal unrest’, says Cilliers.

Nevertheless, despite the challenges, the applied policy work of the IDP meant that the organisation played a key role in South Africa’s transition from an apartheid state to a democracy. After 1996 the work of the ISS focused less on South Africa and took on a regional dimension, resulting in the thriving continental organisation that exists today.

The development of the ISS would not have been possible without the support of partners from South Africa and the international community. The first funds that ISS received were from the Friedrich Naumann Foundation in Bonn, and Anglo American and De Beers Chairman’s Fund. Subsequently the Hanns Seidel Foundation became an important partner of the ISS, along with many valued local and international partners.

 Back to top


Notre travail

L’Institut d’études de sécurité est une organisation africaine dont l’objectif est de renforcer la sécurité humaine sur le continent. Elle met en œuvre sa vision d’une Afrique pacifique et prospère pour tous à travers des recherches indépendantes et reconnues, une expertise conseil en politique, des formations pratiques, de l’assistance technique et du renforcement de capacités.

Le siège de l’ISS est à Pretoria, en Afrique du Sud. L’ISS dispose également de trois bureaux régionaux situés à Nairobi (Kenya), à Addis Abéba (Éthiopie), et à Dakar (Sénégal).

L’Institut a été fondé en 1991 par son directeur exécutif actuel, le Dr Jakkie Cilliers, et M. P. B. Mertz sous le nom d’Institut pour la politique de défense (IPD).


Domaines de travail

L’ISS mène ses activités à travers les divisions et les projets suivants :

Gouvernance, criminalité et justice qui promeut la gouvernance démocratique et contribue à la réduction de la corruption grâce une meilleure reddition des comptes et au respect des droits de l’homme. Cette division aide les gouvernements africains à développer des politiques, reposant sur des données de terrain, afin d’améliorer la performance de leur système de justice pénale et de réduire la violence.

Prévention des conflits et analyse des risques qui aide à prévenir les conflits en améliorant la compréhension des développements liés à la sécurité humaine sur le continent.

Gestion des conflits et consolidation de la paix qui a pour objectif d’améliorer l’efficacité des opérations de soutien et de consolidation de la paix en appuyant les politiques et actions des gouvernements et institutions régionales et internationales.

Menaces transnationales et crimes internationaux qui vient en appui aux organisations intergouvernementales africaines, aux gouvernements nationaux ainsi qu’à la société civile, afin qu’ils répondent effectivement et de manière appropriée à ces problématiques.

Futurs de l’Afrique et innovations qui produit des analyses sur les nouvelles perspectives en matière de sécurité humaine, de développement, de croissance économique et de changements sociopolitiques en Afrique. L’objectif de ce projet est de donner aux décideurs la possibilité de tester les implications de leurs choix sur le long terme.

Le Centre africain de formation pour la paix et la sécurité qui permet aux responsables gouvernementaux, aux journalistes, aux défenseurs des droits humains et au secteur privé de comprendre et d’appliquer les politiques de sécurité humaine grâce à des programmes de formation approfondie. Un réseau influent des anciens encourage la coopération entre les pays et les secteurs.

Retour au début


L’Institut d’études de sécurité est une association sud-africaine à but non lucratif. L’ISS rend compte à un conseil d’administration composé des personnalités suivantes :

  • Ambassadeur Nicolas Bwakira qui a exercé d’importantes fonctions au sein du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés de 1970 à 2002. Il est depuis lors directeur des Partenariats et Relations internationales à l’Université d’Afrique du Sud et Représentant spécial de l’Union africaine en Somalie.
  • Dr Jakkie Cilliers est directeur exécutif et co-fondateur de l’ISS. Professeur extraordinaire au Centre of Human Rights et au Department of Political Sciences de l’Université de Pretoria, il fait partie du Conseil consultatif international du Centre de politique de sécurité de Genève et du Center on International Conflict Resolution de l’Université Columbia, à New York.
  • Saki Macozoma est président de Liberty Holdings, vice-président du Groupe Standard Bank, président non-exécutif de Safika Holdings. Il est président du Conseil de l’Université de Witwatersrand (Wits) et de Business Leadership South Africa.
  • Dr Wendy Ngoma a été directrice de la Wits Business School et a été collaboratrice scientifique pour la Wits Graduate School of Public Management. Elle est PDG d’une firme de consultance en gestion et diplômée du programme INSEAD Social Entrepreneurship.
  • Professeur Maxi Schoeman est directrice du département de sciences politiques à l’Université de Pretoria, professeur adjointe à la Faculté des politiques publiques de l’Université George Mason et vice-présidente de l’Institute for Global Dialogue.

Un conseil consultatif international se réunit chaque année pour conseiller l’ISS sur sa politique stratégique ainsi que sur sa gestion. Ses membres sont :

  • Ambassadeur Saïd Djinnit, Envoyé spécial de l'ONU pour la région des Grands Lacs et président du Conseil consultatif international.
  • Ibrahima Fall, consultant indépendant (Sénégal) et ancien Représentant spécial de l'ONU pour la région des Grands Lacs.
  • Mohammed Ibn Chambas, Représentant spécial et chef du Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest.
  • Frannie A. Léautier, associé et directrice générale, Mkoba Private Equity Fund,Tanzanie.
  • Susanne Luther, directrice, Fondation Hanns Seidel, Allemagne.
  • Vijay Makhan, consultant indépendant et point focal, Île Maurice.
  • Leonardo S. Simao, conseiller, Funacao Joaquim Chissano, Mozambique.
  • Ambassadeur Konjit Sinegorgis, ministère des Affaires étrangères, Éthiopie.
  • Professeur Elrena van der Spuy, Université de Cape Town, Afrique du Sud.

Retour au début

Partenaires au développement

Le travail de l’ISS est rendu possible grâce à l’appui généreux de bailleurs de fonds et de partenaires. En 2014, il s’agissait de :

Forum pour le partenariat

Gouvernement d’Australie
Gouvernement du Canada
Gouvernement du Danemark
Gouvernement de la Finlande
Gouvernement du Japon
Gouvernement des Pays-Bas
Gouvernement de la Norvège
Gouvernement de la Suède
Gouvernement des États-Unis d’Amérique/USAID

Soutiens aux projets

Union africaine
Haut-commissariat de Grande-Bretagne
Ambassade de la République de Corée
Commission européenne (UE)
Fondation Ford
Gouvernement d’Allemagne/Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)
Gouvernement de la Nouvelle-Zélande
Gouvernement du Royaume-Uni/Department for International Development (DFID)
Grand-Duché de Luxembourg
Fondation Hanns Seidel
Institut d'études du développement (Institute for Development Studies)
Centre de recherches pour le développement international (CRDI)
National Endowment for Democracy
Fondation Omega Research
Open Society Foundation for South Africa (OSF-SA)
Initiative pour une société ouverte en Afrique de l'Ouest (OSIWA)
Confédération suisse
Banque mondiale
Programme des Nations unies pour le développement (PNUD)
Bureau des affaires de désarmement des Nations unies (UNODA)
Gouvernement de la province de Western Cape

Retour au début

Qu’est-ce qui a mené à la création de l’ISS ?

L’ISS a été fondé en 1991 par l’actuel directeur exécutif, le Dr Jakkie Cilliers, et M. PB Mertz sous le nom d’Institut pour la politique de défense. L’organisation a été renommée Institut d’études de sécurité en 1996.

« Nous oublions souvent les moments difficiles du passé et d’où nous venons », se rappelle le Dr Cilliers en repensant aux origines de l’ISS. « L’idée de l’ISS est née lors d’une réunion organisée à Lusaka en mai 1990 par l’Institut pour la démocratie en Afrique (IDASA) entre des Sud-africains préoccupés par la situation dans la pays et des membres de Umkhonto we Sizwe (MK), la branche armée du Congrès national africain (ANC). C’était une conférence sans précédent qui réunissait des spécialistes et des analystes d’Afrique du Sud et d’ailleurs, la première du genre malgré la levée de l’interdiction de l’ANC quelques mois auparavant ». La réunion a été marquée par un débat sur le futur de l’armée dans une Afrique du Sud post-apartheid entre le commandant de MK, Chris Hani, et Jakkie Cilliers. Ce dernier avait démissionné quelques années auparavant des Forces de défense sud-africaine (SADF) pour des raisons politiques.

Peu après cette réunion, l'Institut pour la politique de défense, qui a précédé l’ISS, a été créé avec un effectif de trois personnes. « C’étaient des temps difficiles car l’Afrique du Sud était encore sous le régime de l’apartheid », se remémore J. Cilliers. « Les anciens compagnons d’armes me considéraient comme un traitre (j’étais lieutenant-colonel dans l’artillerie de campagne), et les téléphones de l’IDP et de son personnel étaient sous surveillance. Nous étions victimes d’intimidation de la part du Bureau de la coopération civile et la vie du personnel et de leurs proches était menacée. Ironiquement, notre crédibilité s’est trouvée renforcée par une enquête de MK qui cherchait à savoir si l’IDP était une entité militaire du gouvernement d’apartheid. Cette enquête a alors découvert que les services de renseignement nous soupçonnaient eux-mêmes d’être une officine de l’ANC ».

Pour une organisation non-gouvernementale, travailler sur les questions sécuritaires en Afrique du Sud était à cette époque un défi. « Il ne faut pas oublier qu’à ce moment, le spectre de la guerre civile planait », explique J. Cilliers. « La vraie transition du pouvoir en Afrique du Sud n’a pas eu lieu avec les élections de 1994, mais plutôt lors des évènements du Bophuthatswana, lorsque les SADF ont neutralisé une tentative de coup d’État organisée par le leader du Front de la liberté (Freedom Front), le général Constant Viljoen, un ancien gradé des SADF, et par un groupe de voyous racistes d'extrême-droite (le Mouvement de résistance afrikaner, AWB). Les anciennes SADF étaient une force militaire formidable et l’Afrique du Sud ‘blanche’ était une société très militarisée dans un contexte de troubles régionaux et internes », rappelle J. Cilliers.

Cela étant, malgré ces difficultés, le travail de l’IPD en matière de politique appliquée a joué un rôle clé dans la transition du régime d’apartheid vers une démocratie. Après s’être principalement intéressée à la transition sud-africaine durant ses premières années d’existence, l’ISS a pris une dimension régionale à partir de 1996 avant de rapidement devenir une organisation continentale.

Le développement de l’ISS n’aurait pas été possible sans l’appui de nos partenaires nationaux et internationaux. Les premiers fonds reçus par l’ISS provenaient de la Fondation Friedrich Naumann, à Bonn, des Fonds Anglo American et De Beers Chairman. Par la suite, la Fondation Hanns Seidel est devenue un des principaux partenaires de l’ISS, aux côtés de nombreux autres bailleurs de fonds locaux et internationaux.

Retour au début